Les décibels

Les décibels

Le décibel est l’unité de référence pour mesurer l’intensité des sons. On dit que, un décibel équivaut à un dixième de Bel. Cette unité de mesure doit son nom à Graham Bell, l’inventeur du téléphone.

L’échelle des décibels a une progression logarithmique, cela signifie que les calculs sur les décibels suivent des règles particulières, La règle générale est que lorsque l’intensité d’un son double, son niveau ne s’élève que de 3 dB. A l’inverse, si l’on divise l’intensité d’un son par trois, le niveau sonore ne baisse que de 3 dB. Par exemple, si un aspirateur produit dans une pièce 80 dB, l’utilisation d’un second aspirateur identique ne fera pas monter le niveau à 160 dB, mais à 83 dB.

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

La plupart des sons de notre environnement sont compris entre 30 et 90 décibels. Les sons inférieurs à 30 décibels n’attirent pas l’attention car ils sont masqués par des sons plus forts. Les niveaux supérieurs à 90 décibels ont souvent lieux dans la vie professionnelle (armée, industrie…) et dans les activités de loisirs (chasse, musique…). Les sons supérieurs à 120 décibels sont très dangereux pour notre audition, on les retrouve particulièrement dans le domaine industriel, d’où la nécessité de se protéger en portant des embouts anti-bruit. L’exposition à des niveaux sonores élevés peut détruire de façon irréversibles nos cellules sensorielles et peuvent engendrer une perte d’audition et/ou l’apparition d’acouphènes. 

L’intensité du son n’est pas la seule chose qui permet de déterminer si un bruit est dangereux ou non, la durée de l’exposition joue également un rôle majeur.

Bon à savoir : 

  • En milieu professionnel, le port de protection devient obligatoire à partir de 85dB

  • En discothèque, le niveau maximum autorisé est de 105dB

En effet, une écoute prolongée est dangereuse à partir de 85dB, les protections auditives standards ou sur-mesure permettent de pallier ce problème

(source : JNA)

 

Solusons